BONJOUR TOUT LE MONDE

Bonjour, la rue s'éveille.
C'est le laitier! Bonjour!
Le soleil, ô merveille!
Sublime les faubourgs.
- Bonjour, mon pèr', ma mère!
- Bonjour, mes chers enfants!
- Bonjour, monsieur le maire!
- Bonjour, madam' Durand!

Good morning, Mister Caine!
Bongiorno, signora!
Bonjour, belle Athénienne!
Bonjour, kalimera!
C'est le matin, ça change
Sous le soleil tout neuf
Qui glisse sur la pente,
Tout est frais comme un œuf.

Et la moitié du monde
Dans la fraîcheur du jour
Se salue à la ronde:
Kalimera! Bonjour!

Refrain
Pourquoi ces mots qui naguère
Avaient un sens très précis
D'accueil et de joie sincère,
Ces mots qui disaient merci,
Ne sont-ils plus que des formules?
Nos bonjours secs, protecteurs,
Distraits, pincés, ridicules,
Sont toujours pauvres de cœur

Bonsoir, le jour décline,
Le vieux soleil s'en va.
Bonsoir! Good Evening!
Bonsoir, bona sera!
La journée est finie,
Les ateliers fermés.
Ah! Que c'est bon la vie
Dans le soir embaumé.

- Bonsoir, chère baronne.
- Bonsoir; mon général!
- Oui, bonsoir (c'est la bonne!)
- Bonsoir, Marie-Chantal!
Voici qu'outre-Sarine
Frau Professor König
Dans sa langue divine
Lance un "Gueten Abig"!

Mais le peuple hellénique,
Assis sur l'agora,
Salue le ciel attique.
Bonsoir! Kalispera!

Refrain
Pourquoi ces mots qui naguère
Avaient un sens très précis
D'accueil et de joie sincère,
Ces mots qui disaient merci,
Ne sont-ils plus que des formules?
Nos bonsoirs secs, protecteurs,
Distraits, pincés, ridicules,
Sont toujours pauvres de cœur.

Déjà la rue se vide
Sous les lampions éteints
Et dans l'ombre languide
Minuit sonne au lointain.
A l'hôtel de la Lune
Des couples enflammés
S'en vont chercher fortune.
Bonne nuit, bien-aimés!

Bonne nuit, tourterelles!
Good night, ô Roméo.
Dorothée, Isabelle,
Et la môme à Julot!
Bonne nuit, juge intègre!
Votre bourreau demain
Pendra le pauvre nègre.
Bonne nuit! Dormez bien!

Petits enfants, poètes,
Belles senoritas,
Buenas noches! Good night!
En grec, kalinycta!

Si ces mots étaient sincères
Tout changerait, à l'instant.
Bonjour, les gens de la terre!
Bonsoir! Bonne année! Bon vent!
Ça ferait une tell' somme
D'amitié, je vous le dis,
Que ce vieux berceau des hommes
Pourrait, comme avant la pomme,
Devenir un Paradis!

Afissos, août 1960

© Fondation Jean Villard-Gilles